Nutrition Therapie

L'alimentation originelle

Le concepteur de ce régime, le Dr Jean Seignalet, est l’auteur du livre « L' Alimentation ou la troisième médecine », dont la cinquième édition est paru en 2004. Le Dr Seignalet préconise le retour au régime alimentaire ancestral qui a prévalu pendant des millions d'années. II montre comment l'alimentation moderne exerce ses effets néfastes, en conjonction avec d'autres facteurs génétiques et environnementaux.

Jean Seignalet, docteur en médecine, ancien interne des hôpitaux de Montpellier est maître de conférences à la Faculté de médecine de Montpellier et praticien hospitalier. II a dirigé pendant trente ans le laboratoire d'histocompatibilité de Montpellier. II a été un pionnier des greffes d'organes et de tissus, en particulier des transplantations rénales. II a développé des examens biologiques qui aident au diagnostic et à la prévention de certaines maladies. Souvent confronté aux maladies auto-immunes, il a mis au point un régime alimentaires qui donne des résultats intéressants dans ce type de pathologies.

Pour qualifier l'alimentation qu'il préconise, le Dr Seignalet utilise trois termes :
•  hypotoxique (c'est-à-dire peu ou pas toxique),
•  ancestrale,
•  originelle.

L'hypothèse de Seignalet ?

Le Dr Seignalet préconise le retour au régime alimentaire ancestral qui a prévalu pendant des millions d'années. II montre comment l'alimentation moderne exerce ses effets néfastes, en conjonction avec d'autres facteurs génétiques et environnementaux. D’après lui, les enzymes de l'organisme humain ne peuvent pas digérer de nombreux aliments issus de l'agriculture — qui, rappelons-le, ne datent que de 10 000 ans — Il avance même que certains modes de préparation des aliments seraient nocifs.

Le Dr Seignalet croit que le mauvais état de l'intestin grêle joue un rôle dans de nombreuses maladies. Selon ce qu’il avance, la muqueuse intestinale, lorsqu’elle devient trop perméable, laisse passer dans la circulation sanguine des macromolécules issues des aliments ingérés. D’après lui, la perméabilité de la muqueuse intestinale s’expliquerait par des facteurs génétiques (carences enzymatiques, allergies) et environnementaux (gluten, protéines du lait et composés issus de la cuisson à haute température) ou à la prise fréquente de substances chimiques comme les antibiotiques. Les macromolécules qui se retrouvent dans le flux sanguin perturbent l’organisme, selon Jean Seignalet. Alerté, le système immunitaire envoie une réponse inflammatoire, ce qui peut être la cause des maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde, la sclérose en plaques, etc. L’organisme peut neutraliser ces particules alimentaires jusqu’à une certaine limite. Une surcharge peut en effet mener à ce que Seignalet appelle l’« encrassage cellulaire » et aux maladies qui y sont liées comme le cancer, la fibromyalgie, la dépression ou encore le diabète de type 2. Cela peut aussi entraîner un trop-plein dans les organes qui évacuent les déchets de l’organisme tels le foie, les reins, la peau, les poumons, etc. D’où l’apparition, d’après ce médecin français, de « maladies d’élimination ».

Son régime serait, d’après lui, bénéfique contre trois catégories de maladies : 
- les maladies auto-immunes : polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, rhumatisme psoriasique, lupus érythémateux disséminé, sclérodermie, sclérose en plaques, maladie coeliaque, etc.,
- les maladies liées à un « encrassage cellulaire » : cancer, acné, fibromyalgie, arthrose, migraine, psychose maniaco-dépressive, dépression nerveuse, diabète de type 2, spasmophilie, etc.,
- les maladies d’élimination : psoriasis, urticaire, bronchite chronique, asthme, colite, etc.

Le Dr Seignalet a lui-même publié une étude préliminaire en 1989. Les résultats révélaient qu’une diète sans gluten ni produits laitiers induit des effets favorables chez les gens souffrant d’arthrite rhumatoïde [2]. Trois ans plus tard, il publiait une autre étude, cette fois dans la revue The Lancet, qui mettait en évidence les effets favorables du jeûne suivi d’une diète végétalienne chez les gens souffrant d’arthrite rhumatoïde [3].

Les six grands principes du régime Seignalet...

1

Exclure les laits d’origine animale et leurs dérivés.

Exclure les laits d’origine animale (vache, chèvre, brebis) et leurs dérivés (beurre, fromage, crème, yogourt, crème glacée), ainsi que tous les produits contenant entre autres ingrédients de la poudre de lait. Le Dr Seignalet voit plusieurs raisons pour lesquelles le lait ne convient pas aux adultes : sa fonction première est de faire engraisser un bébé animal en quelques mois, ses protéines sont allergènes et sa teneur en calcium est trop élevée. Il contient en outre beaucoup d'hormones. Aussi, précise-t-il, plusieurs adultes ne produisent plus de lactase, l’enzyme qui décompose le lactose (glucide du lait).

2

Exclure les céréales « modernes » : blé, maïs, seigle, orge, avoine, kamut et épeautre.

Il s'agit de céréales contenant du gluten — à l’exception du maïs — et dont les formes actuelles ont été obtenues par sélection, transplantation, hybridation ou modification génétique. Le Dr Seignalet les appelle les « céréales mutées ». Il recommande d’éviter ces céréales ainsi que tous les aliments qui en sont dérivés (pain, pâtes alimentaires, pizza, gâteaux) parce qu’ils sont difficiles à digérer. Les céréales contenant du gluten pourraient entraîner chez certaines personnes des intolérances et des réactions auto-immunes comme la maladie coeliaque. À son avis, seuls le riz, le sarrasin, le sésame et le quinoa seraient acceptables.

3

Exclure les produits cuits à une température supérieure à 110 °C

Le Dr Seignalet conseille de consommer surtout les aliments crus ou, au besoin, de les cuire à une température inférieure à 110 °C afin de limiter la dénaturation des nutriments entraînée par la chaleur — dont les vitamines, les oméga-3 et la plupart des antioxydants. À une température plus élevée, des composés chimiques qui ne sont pas nécessairement assimilables par l'organisme peuvent apparaître, selon lui. Les modes de cuisson suggérés : à l'étouffée ou à la vapeur. Éviter surtout la cuisson au four à micro-ondes qui produit une agitation thermique extrême.

4

Exclure les huiles extraites à chaud ou cuites.

Selon le Dr Seignalet, les procédés industriels de fabrication des huiles et des margarines — solvants, raffinage, décoloration, désodorisation — sont susceptibles de les dénaturer. Il propose de remplacer le beurre, la margarine et les huiles raffinées par de l’huile d'olive vierge, de l’huile de colza, de l’huile de noix et de l’huile de noisette issues de l'agriculture biologique. Il conseille aussi de manger régulièrement des poissons des mers froides pour leur apport en acides gras oméga-3 (AEP et ADH).

5

Consommer des aliments biologiques.

Le Dr Seignalet recommande de privilégier les aliments certifiés biologiques pour tirer avantage de leur qualité nutritionnelle et pour limiter les risques potentiels associés aux pesticides.

6

Prendre un supplément de vitamines et de minéraux.

Les besoins en nutriments d'un individu malade sont plus élevés que ceux d'un individu sain, et l'alimentation ne peut leur fournir. Les suppléments de vitamines, de sels minéraux et d’oligo-éléments font partie intégrante du programme nutritionnel du Dr Seignalet. Ce dernier recommande aussi la consommation quotidienne de ferments lactiques, des bactéries qui auraient une action bénéfique sur la flore intestinale.

Quels aliments manger ?

Aliments autorisés

- Viandes crues, charcuteries crues, oeufs crus ou cuits modérément,

- Poissons crus ou cuits modérément, crustacés, fruits de mer, produits fumés (modérément),

- Légumes verts (cuits si possible à l’étouffée ou à la vapeur douce),

More

- Légumes secs (cuits si possible à l’étouffée ou à la vapeur douce),

- Crudités, fruits frais, fruits secs, oléagineux crus, miel, pollen, riz, sarrasin, sésame,

- Chocolat noir (modérément),

- Graines germées de céréales ancestrales et de légumineuses,

- Soja (yogourts de soja, lait de soja),

- Huiles obtenues par première pression à froid, sel complet, sucre complet,

- Eau du robinet et eaux minérales, infusions, café (modérément), thé (modérément), toutes les boissons alcoolisées (modérément) sauf la bière.

Aliments déconseillés

Tous les aliments cuits au-dessus de 110 °C,

en particulier : charcuteries cuites, viandes cuites, foie, rognons, oeufs trop cuits, poissons trop cuits, huiles cuites, oléagineux cuits.

Aliments interdits

- Blé dur et blé tendre : pâtes, semoule, pain, farine, pizzas, croissants, brioches, gâteaux, galettes, biscuits, biscottes, son,

- La plupart des céréales : seigle, orge, maïs, avoine, kamut, épeautre),

More

- Laits d’origine animale et leurs dérivés : beurre, fromage, crème, yogourt, glace),

- Sel blanc raffiné, chocolat au lait, confitures, huiles raffinés, margarines, bière, conserves (sauf de légumes).

Références bibliographiques

[ 1 ]
Seignalet J. L’alimentation ou la troisième médecine, cinquième édition, Éditions François-Xavier de Guibert, France, 2004.
[ 2 ]
Seignalet J, Pauthe C, et al. Preliminary results of a wheat-free and milk-free diet in rheumatoid arthritis. Presse Med. 1989 Nov 25;18(39):1931-2.
[ 3 ]
Seignalet J. Diet, fasting, and rheumatoid arthritis. Lancet. 1992 Jan 4;339(8784):68-9.
| Catégorie : Nutrition | | Affichages : 966 Imprimer E-mail